Livres numériques sur liseuses, comment on s’y prend en fait ?

30 oct

Depuis quelques mois nous préparons la mise à disposition de liseuses. Nous ne sommes pas en avance je vous l’accorde, mais la question mérite réflexion…

En plus des 4 liseuses prêtées par la MD nous avons commandé un lot de 10 liseuses supplémentaires dans l’idée de proposer une offre relativement satisfaisante en termes de matériel disponible sans être complètement disproportionnée par rapport à nos moyens humains et financiers.

sign

Quels contenus pour nos liseuses ?

A ce stade, la question finalement la plus importante au-delà des modalités d’accès et des règles de prêt nous semble être celle des contenus. Des livres numériques, ok, mais lesquels ? Pourquoi ? Comment ? Qui sélectionne ? Quelle gestion du fonds constitué ?

On se rapproche dangereusement des délicates questions de politique documentaire… Ce qui tombe plutôt bien vu que l’idée de départ est d’intégrer les livres électroniques au sein de l’offre physique. Il s’agit donc de trouver une sorte de complémentarité (encore et toujours) entre les deux.

Pour débuter …

  • des titres de nouveautés (pour proposer une alternative au lecteur qui est 15eme sur la liste des réservataires de Muchachas tome 3 ….). Et imaginer des passerelles en auteurs et titres du domaine public et littérature contemporaine.
  • des sélections thématiques : en lien avec la saison culturelle ou d’autres évènements pour apporter une valeur ajoutée à la sélection (ce qui implique une rotation régulière des titres proposés).
  • valoriser des formes courtes (nouvelles, poésie, théâtre,…).

Et concrètement ?

C’est au niveau des modes d’acquisitions que nous sommes le plus sceptiques. Bien sûr, nous souhaiterions éviter les DRM, sans proposer uniquement des titres du domaine public. En plus des éditeurs qui proposent une offre sans DRM ou sous licence libre, nous imaginions passer par Gallimard numérique pour le reste des titres. Il nous semble difficile de refuser catégoriquement les offres « verrouillées »  même si nous sommes conscients des problématiques et enjeux actuels qui agitent le monde du livre.

Nous ne savons pas vraiment quelles sont les alternatives (rien ne paraît vraiment satisfaisant pour les bibliothèques, du moins pour le moment…).

maze

Et en équipe ?

Le projet de prêt de liseuses doit être porté par équipe. Nous participons presque tous à l’accueil du public et devons tour à tour renseigner les lecteurs et les accompagner vers les nouveaux services. Ceci implique que nous soyons tous, à des degrés divers, capables de donner un minimum d’explications voire de connaître quelques manip’ techniques. Il s’agit donc de montrer le bien-fondé de la démarche et d’expliquer l’intérêt pour les lecteurs.

En ce qui concerne les choix documentaires, nous imaginons une insertion progressive dans les pratiques traditionnelles des collègues acquéreurs, selon des modalités encore à définir.

Work in progress, again…

Ecrire un commentaire